Limitons la prolifération du Goéland leucophée !

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Le Goéland, espèce protégée qui prospère en milieu urbain

Le Goéland leucophée (Larus michahellis) se reconnaît, à l’âge adulte, à son dos gris, ses pattes jaunes et son large bec jaune comportant une tache orange au bout de la mandibule inférieure.

Le Goéland leucophée est une espèce protégée, très opportuniste et peu farouche, qui profite des ressources « résiduelles » de l’activité humaine et de l’absence de prédateurs pour accroître sa population.

En effet, initialement installé en bord de mer, plutôt pêcheur et chasseur, l’animal s’est parfaitement adapté au milieu urbain et se nourrit principalement de nos déchets.

La proximité de la décharge de l’Arbois et du bassin du Réaltor favorisent son développement dans la zone d’Activités des Milles. Les nombreux toits plats gravillonnés et l’abondance de nourriture en centre ville et dans certains quartiers (restes de nourritures, ordures ménagères, nourrissage des pigeons et des chats...) sont également favorables à leur nidification. Chaque année, les goélands sont plus nombreux et étendent leur territoire.

Au printemps, lors de la période de reproduction et d’élevage des oisillons, le goéland devient particulièrement bruyant et peu se montrer agressif pour protéger son nid puis ses petits. C’est donc à cette époque que la cohabitation avec l’homme est la plus difficile.

Or , le Goéland leucophée est une espèce protégée, l’article L411-1 du code de l’environnement interdit la destruction ou l’enlèvement des œufs et des nids, la capture et la perturbation intentionnelle de ces animaux. Réglementairement, il n’est donc pas possible d’intervenir.

La Ville agit

C’est pourquoi, vues les nuisances causées et la dégradation de certains bâtiments, la mairie d’Aix en Provence a obtenu en mars 2020, le renouvellement d’un arrêté préfectoral dérogatoire qui l’autorise à procéder à la perturbation intentionnelle et à la régulation du goéland, notamment en détruisant les nids et en stérilisant les œufs dans la limite d’un quota fixé dans l’arrêté.

En décembre 2020, le Conseil Municipal a autorisé le Maire ou son représentant à déléguer cette autorisation dans le cadre d’une convention pour permettre à certains bailleurs et entreprises d’intervenir sur leurs bâtiments.

L’objectif de la stérilisation est de faire comprendre aux goélands que l’endroit choisi ne convient pas, car ils n’ont pas de petits. Ils partiront alors chercher un lieu plus propice, mais cela peut prendre plusieurs années, car les goélands ont tendance à revenir aux mêmes endroits.

Parallèlement, la Ville travaille également avec la Métropole afin que la décharge de l’Arbois mette en place des dispositifs de perturbation sonore.

Enfin, pour rendre la ville moins hospitalière pour le Goéland leucophée, il est indispensable de limiter l’accès à la nourriture.
Pour mémoire, l’article 120 du Règlement Sanitaire Départemental interdit le nourrissage des animaux errants et sauvages. La Police Municipale a donc été sensibilisée pour faire des rappels à la réglementation en vigueur.

Les conseils à respecter

Chacun peut aider à réguler la présence du goéland en ville :

• Ne pas nourrir les oiseaux et les animaux errants directement : le nourrissage est interdit, il habitue le goéland à l’homme et le rend moins farouche. De plus, cela attire également les rats qui viennent manger les restes.
• Protéger également les gamelles de vos animaux domestiques, elles peuvent attirer les goélands.
• Éviter de nourrir les oiseaux indirectement : déposer les ordures ménagères dans les containers et veiller à les laisser fermés, sortir vos sacs bien fermés aux heures de collecte
• Surveiller vos toitures et terrasses dès le mois de janvier, les maintenir propres
• En cas de nidification, l’année suivante, protéger vos toits et terrasses par la pose de filets de protection, de pics, de fils tendus et de fils de fer au pied des cheminées, les goélands reviennent au même endroit chaque année pour faire leur nid.
• Ne pas détruire les nids en période de nidification : c’est interdit et ils seraient alors rebâtis par le couple nicheur
• Ne pas ôter les œufs du nid afin d’éviter une ponte automatique de remplacement.
• Si vous trouvez un Goéland blessé, prévenir le Service de la Protection Animale (06 67 61 52 15) qui se chargera de le capturer pour l’emmener chez un vétérinaire
• Si vous trouver un goéland mort, ne pas le toucher et prévenez le Service de la Santé Environnementale (schs@mairie-aixenprovence.fr) ou contactez l’Office Français de la biodiversité (OFB : sd13@ofb.gouv.fr)

La grippe aviaire : qu’est ce que c’est ?

L’influenza aviaire, aussi appelée grippe aviaire, est un virus très contagieux qui infecte les oiseaux. Les oiseaux d’élevage et les oiseaux sauvages (cygne, canard, mouette, goéland) peuvent être touchés.

Plus ou moins pathogène, le virus est classé selon 2 protéines qui le composent d’où des noms différents (H5N1, H7N9, H5N8….).
Le risque de transmission à l’homme est très faible, seulement pas voie respiratoire en atmosphère confiné. A ce jour, il n’y a aucun cas connu de transmission à l’homme par la consommation de viande ou d’œuf.

La découverte de cadavres d’oiseaux sauvages dont la mortalité est inconnue ou suspecte peut être un signe révélateur d’un cas d’influenza aviaire. Dans ce cas, contacter les services municipaux ou l’OFB (Office National de la Biodiversité) : sd13@ofb.gouv.fr

Diminuer l’attrait de votre toit

  • Profitez de l’hiver pour nettoyer le toit et supprimer tous les matériaux susceptibles de servir à construire un nid
  • Au printemps, assurez une présence humaine régulière, se montrer sur la terrasse ou en bordure de toit peut suffire à éloigner les candidats à l’installation
  • Diminuer l’attrait du toit en installant des dispositifs de type filet, grillage, fil tendu, en disposant des empilements de tuiles au pied des cheminée